Conférence : Responsabilités publique et violence chez les jeunes

103

Rencontre animée par Jean-Marie PETITCLERC, polytechnicien, éducateur spécialisé et titulaire d’une maîtrise de l’éducation.

Selon Jean-Marie PETITCLERC, les périodes de mutations génèrent toujours de la violence ; or nous vivons une profonde mutation sociétale. Le chercheur identifie trois modalités à travers lesquelles les jeunes peuvent avoir recours à la violence. Elle peut être un « mode d’expression » quand le langage est inaccessible, un « mode d’affirmation de soi » pour les jeunes ayant une très mauvaise image d’eux-mêmes ou encore un « mode d’action » quand elle sert une intention de peser sur le cours des évènements.

Sanctionner ou accompagner un jeune implique donc d’avoir identifié au préalable la modalité le type de violence auquel on fait face. Car la paix relationnelle, cela s’apprend. Quant aux sanctions, elles doivent être pertinentes et cohérentes par rapport à la faute commise et aux effets de l’erreur. Fermeté vis-à-vis des actes commis ; respect de la personne. Voilà selon Jean-Marie PETITCLERC une association efficace pour faire autorité et aider le jeune à améliorer son comportement et la dualité de sa relation à lui-même et à l’autre.